Un chat à plumes

Lundi 21 décembre 09 à 13:35

" Hé, regarde, il y a du soleil aujourd'hui !
- Ne dis pas n'importe quoi, ça ne peut pas être un soleil, il est violet !
- Bien sûr que si, si je décide que c'est un soleil, alors ça en est un. Tu sais, pour que les choses se réalisent, il suffit d'y croire très fort. 
- Tu veux dire que, selon toi, rien n'est impossible ?
- Ce mot, je ne le connais pas. Je ne veux pas l'entendre. Il est interdit ici, parce qu'il fait peur. 
- Tu as peur d'un mot ?
- J'ai peur de tas de choses. Mais tu vois, si on se laisse faire par les choses qui nous font peur, alors on ne vit plus vraiment. 
- Pourquoi bannis-tu ce mot, au lieu d'essayer de l'affronter ?
- On ne peut pas l'affronter, parce qu'il n'existe pas. Ce mot, c'est une invention pour obliger les gens à faire ce qu'on a décidé qu'ils feraient. Moi, les codes, les limites, les barrières, je n'y crois pas. Je refuse de laisser ma vie contrôlée par toutes ces choses.
- Tu crois être assez forte pour ça ?
- Je te l'ai dit, tu n'écoutes pas ? Il suffit d'y croire du plus profond de son être.
- D'accord, alors il y a quoi dans ton monde, à part un soleil violet ?
- Suis-moi, tu verras. "

Elle lui prit la main pour l'entraîner dans son monde, son monde plein de couleurs et d'espoir.

" Là, les arbres dansent, les nuages rient, les oiseaux prennent les souris sur leur dos pour leur montrer ce que c'est que le monde d'en haut. Ici, si tu sautes dans l'eau, elle te promène partout, jamais tu ne boiras la tasse, même si tu t'enfonces loin loin pour observer les fonds multicolores. Si tu sautes dans le vide, alors tu voleras, comme les oiseaux et les otaries.
- Les otaries ne volent pas. 
- Oublie, oublie tout ce que tu pensais savoir. Ici, rien n'est pareil. 
- Pourquoi ?
- Parce que l'esprit, le coeur, ils sont sans limites. Ils n'ont aucunes règles.
- Mais moi je n'ai jamais vu de monde comme celui-ci. 
- Les gens écoutent leur tête, moi j'écoute mon coeur. 
- C'est plus joli. "

Ensemble, ils regardèrent les poissons se promener dans l'herbe jaune et les chats paresser sur l'eau. 

" Tu ne le trouves pas un peu naïf, ton monde ?
- Pourquoi ?
- Tout est beau, tout est gentil, ici il ne peut rien nous arriver. C'est ton monde, mais ce n'est pas la vie. 
- Si, dans mon univers, on peut souffrir, se faire mal, tomber, comme partout ailleurs. Mais ça ne rend pas la vie moins belle pour autant. Quand tu as peur, quand tu as mal, il faut faire face. Affronter, se relever. Et ouvrir les yeux.
- Mais mes yeux sont ouverts. 
- Parce que je te les ai ouverts. La plupart des gens ont les yeux fermés, et ils ne s'en rendent pas compte. Parce qu'on leur a toujours dit que c'était comme ça qu'il fallait faire. 
- Et tu comptes ouvrir les yeux de tout le monde ?
- Je peux essayer en tout cas. "

J'avais perdu l'inspiration, merci Chat, grâce à toi, mon âme est réparée.

http://plume.cowblog.fr/images/Nature/Fleurs2.jpg

Samedi 21 novembre 09 à 14:54

Il y a quelques temps, je vous avais expliqué pourquoi on pouvait, éventuellement, me confondre avec un mec. Après d'intenses réflexions, j'ai réussi à trouver, quand même, au milieu de toute ma virilité écrasante, un peu de féminité.

- Oui, je suis accro au maquillage. Si je ne me retenais pas, j'aurais autant de fards à paupières et de gloss qu'il y a de jours dans l'année. 

- Oui, j'aime faire du shopping, en particulier si c'est pour m'acheter des fringues et que c'est maman qui paie. 

- Oui, j'ai malgré tout une anatomie plutôt féminine, du moins c'est ce qu'on en dit. Et puis je porte des maillots de bain deux pièces. 

- Oui, je me sens obligée d'apprendre à marcher avec des talons. C'est pas un franc succès, mais ça viendra. Peut-être. J'espère.

- Oui, j'ai à peu près autant de boucles d'oreilles/colliers/bijoux en tout genre que de fards à paupières. C'est vous dire. 

- Oui, j'ai toujours quatre millions de trucs qui servent à rien dans mon sac à main. Pis j'ai un sac à main.

- Oui, quand je vais chez le coiffeur, y'en a généralement pour 60€. Et on voit pas forcément la différence avant/après.

- Oui, je suis romantique à en vomir, j'aime la galanterie et les petites attentions. J'aime qu'on essaie de me séduire. 

- Oui, je suis bavarde... mais bavarde ! Je parle, je parle, je ne m'arrête jamais, je pourrais tenir une conversation avec moi-même !

- Oui je suis encore plus chiante que d'habitude une semaine par mois, je râle, je crie, je pleure, j'engueule. Comme d'hab en fait, mais là j'ai une excuse. Ahah.

http://plume.cowblog.fr/images/Images/SoulEater4.png

Jeudi 8 octobre 09 à 17:08

J'étais un mec dans une autre vie. Sisi, je vous jure. 

D'ailleurs, aujourd'hui encore, on me dit que je suis pas une vraie fille. Bon, je vous avoue, au début, ça m'a un peu vexée, moi, pseudo-féministe engagée, adepte du shopping qui ruine et amoureuse de son coiffeur. 

Néanmoins
(en gras, pour que vous le remarquiez bien). Après quelques instants de réflexion, je prends plutôt ça pour un compliment.

- En effet, je ne suis pas le genre à me prendre la tête. Vous en connaissez sûrement, des filles qui voient le mal partout, qui se font des films sans arrêt, qui se vexent pour un rien, qui sont susceptibles à en mourir et qui déforment tout ce que vous dites, et même ce que vous ne dites pas ! Le genre qui aime bien remuer la merde, parce que leur vie doit être un peu trop morne sinon. Soyez pas timides, je suis sûre que vous en connaissez !
Eh bien j'ai l'immense honneur de dire que je ne suis pas comme ça mouahahah ! (en gras et en rouge, pour que vous le remarquiez bien -bis-)

- En effet, je jure comme un charretier, je rote, je pète, je parle de ce que je veux sans le moindre tabou. Ah forcément, avec ça, je pouvais pas être une vraie fille hein. Les filles, ça rote pas, ça pète pas, ça dit pas de gros mots, c'est poli... ben moi, j'vous dirais même : je fais caca !

- En effet, j'ai même pas peur de sortir en débardeur et short sans m'être épilée les aisselles et les jambes ! Ben quoi, les poils, c'est naturel, non ?

- En effet, je n'ai rien contre un petit film porno de temps en temps ! 

- En effet, quand quelqu'un me saoule, je le vire de ma vie ! Et si c'est quelqu'un qui décide me virer de sa vie, et bien tant mieux, ça fera de la place ! Et quand quelqu'un sort de ma vie, croyez-moi, il n'est pas prêt d'y revenir ! Etrangement, ce genre de personnes ressemble à ce que je décrivais au tout début... Je vous l'avais dit, j'aime pas me prendre la tête... et j'aime pas qu'on me prenne la tête. 

- En effet, pour moi, la soirée idéale, c'est une pizza avec ses potes devant un bon film !

- En effet, j'ai toujours mieux accroché avec les mecs qu'avec les nanas.

- En effet, avec de la bonne bouffe et un pc, je suis comblée !

Alors, grattons-nous l'entrejambe tous ensemble et allons boire une bière !

http://plume.cowblog.fr/images/Images/1209501547498.jpg

<< Un, deux, trois | 1 | Soleil ! >>

Créer un podcast