Un chat à plumes

Jeudi 23 mars 17 à 21:20

 Je suis crevée. 

Depuis la tempête Zeus, au boulot, ça n'arrête pas. Je ne sais plus où donner de la tête. 

A tel point que je suis épuisée. Mais genre, vraiment au bout du rouleau. Je fais des heures supplémentaires pour rattraper le retard accumulé, mais du coup j'accumule de la fatigue, je suis de moins en moins performante... bref, le cercle vicieux. 

De toute façon on le sait, nous ne sommes pas assez nombreux, au moindre surcroît d'activité, on est complètement débordé... 

Je suis même tombée malade ce week-end. Genre bien, avec de la fièvre et tout, ce qui ne m'arrive jamais. 

J'ai juste envie de me reposer, de dormir. De ne plus rien faire. 

Mais pas de bol, les vacances sont en mai. C'est pas pour tout de suite. 

Alors on va tout faire pour tenir le coup, sur le fil. 

Bref. Au dodo. 

 
http://plume.cowblog.fr/images/Orage.jpg

Mardi 10 mai 11 à 22:28

Alors là, j'en ai plus que marre. Cela fait maintenant plus d'un mois que je suis arrêtée, depuis le 4 avril exactement. J'allais mieux, j'étais toute contente de pouvoir reprendre mon stage et le travail cette semaine. 
Sauf que voilà, ça ne va pas du tout. Après une journée et demi de stage, j'ai du dormir tout l'après-midi, et je suis encore épuisée. Alors que j'allais mieux, je suis revenue au stade initial de ma maladie. Ce matin, c'était vraiment l'enfer. Moi qui ai la chance d'adorer mon stage, contrairement à beaucoup d'élèves de ma classe, j'ai cru que la matinée n'en finirait jamais. Je n'avais qu'une envie, dormir. Mon cerveau fonctionnait au ralenti, je ne comprenais strictement rien de ce que mes collègues me demandaient de faire, alors que ce sont des choses que je sais parfaitement faire d'habitude. Impossible de me concentrer, je hochais la tête, et dès que je me retrouvais seule devant mon écran, le trou noir, je n'avais plus aucun souvenir de ce que je devais faire. 
A 12h30, je suis rentrée. J'ai mangé, pensant que ça me redonnerait des forces. Mais rien n'y a fait. Alors que je prends trois sortes de vitamines différentes le matin, ainsi que du jus d'orange et des céréales, et après une nuit de plus de 8h (8h étant le nombre d'heures de sommeil dont j'ai besoin pour être bien), j'avais l'impression d'avoir passé une nuit blanche.

Tous mes résultats d'analyse sont arrivés. Apparemment, côté corticoïde je suis un peu élevée (rapport avec la glande surénale, me demandez pas ce que j'ai). Donc nouveau test à faire, d'urine cette fois. Chouette alors. 

Et au final, on ne sait toujours pas ce que j'ai. Car si mes résultats indiquent que j'ai bien eu une mononucléose, ils indiquent également que je ne suis plus censée l'avoir. Alors, de quoi s'agit-il ? Ma mère me tanne pour que j'aille voir un psychologue, car pour elle, c'est dans la tête. Mais moi, j'ai l'impression d'aller bien. Ma fatigue est physique : quand je ne fais rien, tout va bien, dès que je m'attaque à quelque chose d'un peu intellectuel ou physique, je sens mon énergie se vider à vitesse grand V. 

Je n'en peux plus. Quand est-ce que ça va s'arrêter ? Jusqu'à quand je vais devoir être arrêtée ? Je veux reprendre le cours normal de ma vie, mon stage et mon travail. Être une larve, ça ne me réussit vraiment pas. 

Edit : Après avoir vu le médecin, nouveaux examens sanguins prévus, pour la maladie de Lyme entre autres, ainsi qu'un rendez vous avec un cardiologue. Arrêt de travail jusqu'au 29 mai. J'vais me pendre.

http://plume.cowblog.fr/images/Animaux/chat10.jpg

 
Heureusement, aprem câlin avec mon chéri, ça a le mérite de mettre du baume au coeur <3.

Vendredi 22 avril 11 à 18:32

C'est donc la mononucléose. 

Je suis arrêtée jusqu'au premier mai. Et je me sens de plus en plus mal. Mon homme essaie de m'entrainer pour que je me bouge, que je sorte, fasse des choses... mais si ça me fait du bien sur le moment, j'en paie très rapidement le prix. J'ai de plus en plus souvent mal au ventre et à la tête, et chacune de ses sorties me fait ensuite dormir durant des heures.
Je n'ai pas pu souhaiter de bonnes vacances à ma classe, que je ne reverrais plus avant septembre. Je ne suis pas sûre de pouvoir attaquer mon stage en mai. Tout est incertain, et je me sens assez minable. J'essaie de me forcer à faire des choses, j'me fais violence pour faire un peu de ménage, préparer à manger... et je me suis bien faite engueuler par l'interniste que j'ai vu à l'hôpital mardi. "Vous êtes épuisée. Votre corps n'en peut plus, accordez-lui un peu de repos !". Elle m'a fortement suggérée d'arrêter de travailler. "Vous êtes déjà d'une petite constitution, il ne faut pas trop vous en demander, même si c'est frustrant...". Ah ça oui, c'est frustrant. Insupportable même. Je dors, et dès que je me réveille, je suis de nouveau fatiguée. Mon homme se moque de moi. Il ne peut pas vraiment comprendre je suppose. Et c'est dur à vivre. Etre cloitrée comme ça et n'avoir le droit de ne faire aucun effort. Lire me fatigue énormément, et me fait mal aux yeux. Pourtant, en ce moment, je lis Tara Duncan, ce n'est quand même pas d'une complexité à toute épreuve !
 
Et mon homme qui veut toujours sortir, encore et encore... ça me tue. J'ai du mal, à me tenir debout, à garder les yeux ouverts, à monter ou descendre les escaliers... j'essaie de faire bonne figure, concentre mes forces quand je suis avec mes amis pour ne pas être trop pitoyable. Mais franchement, si je m'écoutais, je ne quitterais pas le lit de la journée.

http://plume.cowblog.fr/images/Animaux/chat44.jpg

Samedi 16 avril 11 à 20:10

Si j'avais une bonne connexion internet, j'aurais craqué et repris un abonnement à City of Heroes. Au lieu de ça, je profite de l'abonnement à Megavideo pour regarder non stop Darker than Black et Glee. Mais comme j'ai bientôt terminé les deux, il va falloir que je trouve autre chose. 

J'aimerais me remettre au RPG, parce que ça me manque d'écrire et d'échanger avec d'autres personnes dans des mondes imaginaires. Cela me permettrait de m'évader un peu de ce quotidien morne et ennuyeux. Heureusement pour moi, j'ai un homme génial, qui fait tout pour apporter un peu de soleil dans mes journées et me faire oublier que je suis impotente. Non franchement, même pour moi, qui apprécie d'avoir un peu de temps pour ne rien faire, je craque là. Avoir du temps, c'est génial... quand on peut en profiter pour faire ce qu'on n'a pas le temps d'ordinaire !

J'ai été faire quelques courses au Carrefour Market qui se situe à 5 min de l'appartement... et je suis épuisée. Passer un coup d'aspirateur ? Ok, mais en plusieurs fois. Faire la vaisselle ? Pas trop longtemps, mes jambes ne tiennent pas la position debout. 

Franchement ? C'est naze. Je suis comme un lion en cage. Si encore j'arrivais à lire ! Je pourrais employer mon temps intelligemment, en étudiant ou même, en bouquinant pour le plaisir ! Mais non, j'ai même du mal à lire vos articles.

Je ne prends même plus soin de moi. Je me coiffe à peine, m'habille avec ce qui me tombe sous la main, quant à me maquiller, n'en parlons pas. Et puis, j'en ai marre de pleurer ou de m'agacer pour rien. Je suis à fleur de peau. 

J'ai hâte que tout ça cesse. Surtout que deux semaines sans travailler, ce n'est pas rien. 
 
Si vous avez des suggestions de films/séries/animes à voir, profitez-en, c'est le moment. Si j'étais chez moi, je pense que j'aurais décopatché toute la maison (oui, j'adore le décopatch, ça me détend). 
Si vous avez des forums RPG à me conseiller, je prends avec plaisir également. 


Et sinon, une question comme ça, qui n'a rien à voir (mais vous avez intérêt à répondre, afin que les notifications de mails égayent un peu ma journée) :

Quel est votre objectif dans la vie ?

http://plume.cowblog.fr/images/Animaux/stk26105dcs.jpg

Mercredi 13 avril 11 à 14:36

Je suis allée chez le médecin hier. Il s'avère que je n'ai pas de mononucléose. La vérité, c'est qu'il n'a aucune idée de ce que j'ai. Je suis donc de nouveau arrêtée, jusqu'à mardi prochain, jour où j'ai rendez vous à l'hôpital pour une consultation. Je trouve ça assez flippant. Même si mes examens sanguins sont tout à fait normaux, ce qui est censé me rassurer, je ne peux pas m'empêcher de m'inquiéter. Car si mon problème n'est pas visible dans mon sang, de quoi s'agit-il ? 
De plus, j'ai horreur des hôpitaux. Je n'y vais jamais. Même pour rendre visite, j'évite au maximum. C'est plus fort que moi, ça me fiche la trouille. Et là, savoir que je vais devoir y aller la semaine prochaine... ça m'angoisse. J'ai peur de ce qui va découler de ce rendez-vous. Parce que si un médecin n'est pas capable de trouver ce que j'ai... c'est que ça doit être un peu grave, non ?

Et je culpabilise. De ne plus aller en cours, de ne plus aller travailler. Bien sûr, j'ai réussi à mettre de l'argent de côté depuis que je travaille, ce n'est donc pas vraiment un problème en soi, mais cet emploi, aussi désagréable qu'il soit, m'apporte beaucoup. Et me manque presque. Oui ça me manque de voir des tas de gens différents, de plaisanter avec les collègues, de me dépasser, toujours plus. Si je ne suis pas connue pour être la plus rapide, on me reconnaît au moins mon sens du travail d'équipe, de l'entraide, et de la motivation. Après tout, je n'ai jamais hésité à rester à prendre des heures ou à rester plus longtemps pour aider des collègues dépassés alors que j'avais été autorisée à partir. Et ça me fait du bien qu'on me reconnaisse ce genre de qualité, même s'il est très frustrant de rester un "boulet" parce que je suis l'une des plus lentes. 
Quant aux cours, camarades et professeurs prennent de mes nouvelles, ça me fait chaud au coeur, et je dois bien avouer que même si je ne cesse de me plaindre de l'ambiance scolaire et répressive du lycée, étudier me manque. J'aime apprendre, et ce n'est pas avec le cerveau ramolli que j'ai actuellement que je suis capable de retenir quoi que ce soit. 

En attendant, je dors, encore et toujours. Je fais des cauchemars, encore et toujours. Et les journées sont longues, longues...

http://plume.cowblog.fr/images/Animaux/dodo1024.jpg

<< Un, deux, trois | 1 | 2 | Soleil ! >>

Créer un podcast