Un chat à plumes

Samedi 20 février 16 à 0:41

Est-on acteur de son propre bonheur ?

Le bonheur est-il quelque chose auquel on a droit, ou dont on est privé, au gré des aventures de la vie ? Ou bien le bonheur est-il quelque chose qu'on peut construire par nous-même, en le forgeant jour après jour ?

Je pense que nous avons le pouvoir de décider si on est heureux ou malheureux. Cela peut sembler un peu bizarre ce que je vous dis, mais après tout, je pense que nous-seuls pouvons décider de quel impact ont les choses sur notre moral. 

On peut trouver que les choses vont mal, se laisser envahir par le négativisme. Trouver que rien ne va, que la vie ne vaut pas la peine d'être vécue, que le sort s'acharne contre nous. 

Ou alors peut-être peut-on choisir de voir les choses autrement. Peut-être peut-on décider que tout n'est pas si grave finalement. 

Ce garçon qui ne nous rappelle pas. Cette promotion qui ne nous a pas été accordée. Cette rupture qui fait mal. Cet ami qui nous a trahi. Cette santé défaillante. Ce compte dans le rouge malgré tous nos efforts. 

On peut choisir de se laisser abattre. Cela pourrait se comprendre. Je suis la première à rapidement souffrir lorsque que quelque chose de négatif m'arrive. 

Mais récemment, j'ai commencé à voir les choses autrement. Je me suis rappelé une "technique" pour positiver que m'avait donné ma microkiné il y a quelques années, technique que je souhaite partager avec vous. A chaque fois que quelque chose vous fait de la peine, vous blesse, posez-vous cette question :
 
"Cet événement aura-t-il toujours de l'importance pour moi dans 3 semaines ?
Dans 3 mois ? Dans 3 ans ?
"

Et cela fonctionne. Parce que si on prend conscience que cette chose qui vient de nous arriver et qui nous fait si mal ne nous impactera plus dans quelques temps, pourquoi cela devrait-il nous affecter aujourd'hui

Avec cette méthode de réflexion et d'analyse des événements, il est, à mon sens, beaucoup plus facile de se détacher de ce qui ne sont finalement que des petits tracas de la vie de tous les jours. Des grains de sable dans l'océan de notre vie, qui peuvent aisément nous étouffer si on s'enfonce la tête dans le sable, mais qui ne peuvent nous blesser si on choisit de nager librement. 

Alors, oui, je l'affirme, on peut choisir d'être heureux. On peut choisir de ne pas laisser le malheur nous rendre malheureux. On peut choisir de changer le négatif en positif. On peut choisir d'être acteur de sa vie, acteur de son propre bonheur. 

 
Qu'en pensez-vous ?


http://plume.cowblog.fr/images/Animaux/IMG22612-copie-1.jpg

Pattoune mania

Laisse ta pattoune !

Par taMoune le Samedi 20 février 16 à 14:14
"Vous ne pouvez pas empêcher les oiseaux du malheur de voler au-dessus de vos têtes,
mais vous pouvez les empêcher de faire leurs nids dans vos cheveux"
Proverbe chinois.
Par Kadiak le Samedi 20 février 16 à 18:13
Le bonheur, c'est une éducation de l'esprit. Comme tu l'as compris, n'attacher de l'importance qu'aux choses vraiment importantes, sinon on se fait submerger alors qu'en fait, y'a rien.
Je profite pas mal de petites choses, mais vraiment insignifiantes (genre la sucette ou le morceau de chocolat dans mon sac, ça suffit déjà ^^).
Ce qu'il y a en italique, c'est ce qu'il t'es arrivé ?
Par Plume le Samedi 20 février 16 à 18:40
C'est ça, c'est avec les petits bonheurs de tous les jours qu'on prend conscience que les petits malheurs ne valent pas le coup qu'on s'attarde dessus ! :)
En italique, pas forcément, certains oui, d'autres à des proches.
Par Kadiak le Samedi 20 février 16 à 23:31
Mon petit bonheur, d'ici quelques minutes, sera du pain avec de la gelée au thé d'hiver (super bon) devant la télé avec mon chat, puis un bon dodo :)
Cependant, si on est souvent mal, c'est pour certaines raisons des fois, et il faut vaincre ses démons sinon on aura beau tenter de trouver des petits morceaux de bonheur, ils ne nous réparerons pas
Par lancien le Dimanche 21 février 16 à 16:36
Je suis tout à fait d'accord avec toi. Evidemment on est plus ou moins prédisposé, l'optimiste est plus facilement heureux que le pessimiste.
Mais chacun a une notion du bonheur différente, qui dépend de notre éducation, de nos habitudes, de nos désirs et de notre vécu.
La formule de ta kiné est excellente car elle donne une recette simple pour moins penser au passé, de tourner la page et se projeter sur l'avenir.
Le bonheur, c'était aussi pour les antiques l'absence de peines (l'ataraxie) : il faut bannir remords et regrets, cela ne sert à rien, c'est du passé. Bien sûr cela n'empêche pas de souffrir sur le moment, mais il faut que cela ne dure pas.
Pour répondre à ton com, le vaccin antigrippal date de 1931, mais il n'a vraiment été utilisé que dans les années 70. Moi je me fais vacciner depuis 30 ans, sans aucune réaction négative et non seulement je n'ai pas la grippe, mais l'adjuvant excite mes défenses immunitaires et je n'ai presque plus de rhume, alors que ce sont des virus différents.
Par alyane le Dimanche 21 février 16 à 18:57
Des événements "graves" dans ma vie privée m'ont obligé de prendre de la distance sinon j'aurais fait une dépression, il y a dix ans. Le résultat, j'ai une mauvaise ou bonne tendance, à rester en retrait pour observer les gens, les relations.
Prendre du recul, n'est pas une mauvaise chose en soi et peut se révéler très pratique dans certaines situations, empêche de se laisser atteindre.
Il y a dix ans, j'ai pu surmonter grâce à eux, beaucoup d'événements.
Maintenant, j'ai mon propre cheval, et finalement, c'est une bonne habitude avec elle (une jument) que de pouvoir se dire, (voir ce qui fonctionne ou non avec elle). Elle a bientôt 18 ans et un passé et des acquis que je découvre petit à petit.
Je pense aussi que cette distanciation permet de mettre les événements à leur place.
Par Plume le Dimanche 21 février 16 à 22:16
Je suppose que c'est là toute la difficulté : tirer des leçons du passé pour grandir et évoluer, au lieu de se morfondre dans les remords/regrets.
La souffrance sur l'instant est nécessaire, je pense, pour prendre conscience de ses erreurs, de ses défauts, ce qu'on est capable d'accepter ou non. Le tout est comme tu dis, de faire en ce sorte que ça ne dure pas.
Et c'est là tout le sujet de mon article, c'est vraiment quelque chose que j'ai réalisé récemment : c'est à nous de décider quand arrêter de souffrir pour passer à autre chose.
Par Plume le Dimanche 21 février 16 à 22:23
C'est important de prendre de la distance pour relativiser, tu as bien fait.
Je pense que rester en retrait est une bonne attitude, c'est parce que je fais trop facilement et trop vite confiance aux gens que je souffre si souvent de leur attitude.
Par Plume le Dimanche 21 février 16 à 22:29
Miam c'est une belle vision du bonheur en effet !
Bien sûr, quand on souffre, il ne faut pas faire l'autruche, mais affronter ce démon comme tu dis, et être capable de se dire que demain sera un jour meilleur.
Par buy assignment writing service le Vendredi 8 mai 20 à 8:35
What if any online agency help you with best cheap assignment writing service at affordable rates
Par best writing review le Vendredi 8 mai 20 à 8:36
Let ask for online write my essay are the best now in order to help students
Par hvac santee ca le Mardi 19 mai 20 à 11:09
nice information for a new blogger…it is really helpful
Par small kitchens designs le Mercredi 16 juin 21 à 4:33
Elle avait un temps merveilleux tout ruiner
Par 안전놀이터 목록 le Lundi 5 juillet 21 à 6:30
I really loved reading your blog. It was very well authored and easy to understand. Unlike other blogs I have read which are really not that good.Thanks alot!
 

Laisse ta pattoune !









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Du neuf... | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | ... au vieux >>

Créer un podcast